Cesare Ducchi (XVIè siècle, Italie) : La bigamie fait vivre vieux.

L’Amour, Cynthie, sourcille, effaré que tu aies
Mon cœur – quand je te fais la cour, belle Isabelle.
Pour en avoir tâté, pourtant je dis : jamais,
Au grand jamais, un tendre amour ne se morcelle.

D’ensemble vous aimer, telle est la cause honnête :
Cynthie, tu es mon âme ; Isabelle, mon cœur.
Que de cœur on le prive, un corps d’homme végète ;
L’âme est-elle arrachée : le corps, vide, se meurt.

Je vivrai donc un siècle, avec vous pour soutien :
Toi, âme dans mes yeux, et toi cœur en mon sein.

____________________________________________________________
Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Impatiens miratur Amor, quod, Cynthia, nobis
Es cordi, et quod te, pulchra Sabella, colo.
At verum expertus dico, fateorque, quod unquam
Divisus dulcis non erit ullus amor.
Vos quod amo simul, haec causa est (ni fallor) honesta ;
Cynthia namque anima es, corque, Sabella, meum.
Ut sine corde nequit corpus mortale vigere :
Sic anima erepta corpus inane perit.
Vivam igitur longum ut saeclum, vos stamina nostrae
Vitae, oculis animam, corque vovete sinu.

(in Carmina illustrium poetarum italorum [tomus quartus], Florence, 1719 [page 118])

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :