Horace : À quoi bon le luxe ? (Non ebur neque aureum, in Odes, II, 18)

Point d’ivoire ou d’or
qui fasse briller chez moi les solives,
ni poutre d’Hymette
qui pèse à piliers taillés en lointaine
Afrique – d’Attale
je n’eus l’héritage, et n’ai le palais ;
d’honnêtes clientes :
point, de Laconie me tissant la pourpre ;
mais loyauté, veine
féconde d’esprit – le riche me cherche,
moi le pauvre ; et rien
ne quêtant des dieux, n’obsédant pour plus
mon puissant ami,
je suis l’homme heureux d’un seul bien sabin.

Un jour pousse l’autre,
meurent tour à tour les nouvelles lunes ;
toi tu fends du marbre,
proche du tombeau, oublies le sépulcre,
construis des demeures,
tu presses la mer grondant à Baïes
de quitter la côte,
point assez nanti de rivages fermes.
Bien pis : tu arraches
les bornes des champs contigus, tu passes
outre les limites
de tes clients, rat ! chasses mari, femme,
leurs enfants en loques,
portant contre cœur les dieux de leurs pères.

Il n’est de palais
pourtant plus certain que la fin qu’Orcus
donne, avide, au riche
maître. Guigner plus, pourquoi ? Même terre
s’ouvre pour le pauvre
et l’enfant de roi, le suppôt d’Orcus
n’a point ramené,
soudoyé, le fin Prométhée. Tantale,
ce fat, et sa race
y sont retenus ; quitte de ses peines
le pauvre est comblé
– qu’il en prie ou pas – demandant remise.


Non ebur neque aureum
mea renidet in domo lacunar;
non trabes Hymettiae
premunt columnas ultima recisas
Africa, neque Attali
ignotus heres regiam occupavi,
nec Laconicas mihi
trahunt honestae purpuras clientae.
At fides et ingeni
benigna vena est pauperemque dives
me petit; nihil supra
deos lacesso nec potentem amicum
largiora flagito,
satis beatus unicis Sabinis.
Truditur dies die 15
novaeque pergunt interire lunae;
tu secanda marmora
locas sub ipsum funus et sepulcri
inmemor struis domos
marisque Bais obstrepentis urges
summovere litora,
parum locuples continente ripa.
Quid quod usque proximos
revellis agri terminos et ultra
limites clientium
salis avarus? Pellitur paternos
in sinu ferens deos
et uxor et vir sordidosque natos.
Nulla certior tamen
rapacis Orci fine destinata
aula divitem manet
erum. Quid ultra tendis? Aequa tellus
pauperi recluditur
regumque pueris, nec satelles Orci
callidum Promethea
revexit auro captus. Hic superbum
Tantalum atque Tantali
genus coercet, hic levare functum
pauperem laboribus
vocatus atque non vocatus audit.


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

D'autres odes d'Horace sur ce blog :

Elles sont trop nombreuses pour qu’on puisse en donner ici la liste :
si on est intéressé, saisir « Horace » dans l’outil de recherche
situé en haut à droite de cette page.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :