Janus Pannonius (1434-1472) : Ursule a le chat mal fichu

Tu parles bien, ton corps est doux, beau ton visage,
Tu me plais toute, Ursule, avant la bagatelle.
Mais au lit, ma bricole en un chat relâché
Tombe et doute d’avoir pénétré dans un chat.

Elle ne sent côtés ni fond – ainsi battrait-
Elle à l’air libre, irait dans des eaux transparentes –,
Mais errant largement en vaste fente, hélas !
Souffre et s’efforce en vain d’assouvir son envie.

À rien ne sert d’étreindre, ou de bouger les fesses,
Ou de porter le haut des cuisses à l’épaule :
Insuccès des efforts, du torse qui transpire
Et pantèle, on a mal à ses côtes brisées.

Que t’enlèvent les dieux ce qui fait que l’on t’aime,
Ursule, ou t’attribuent de quoi te faire foutre… !

*

Dans le gouffre d’Enfer, le palais de Pluton,*
Je crois, Ursule, entrer, dès lors que je te baise.
Que rude est la descente à l’Averne inguinal !
Quelque effort que l’on fasse, on n’en peut revenir.

Plus je le presse et plus le ténébreux abîme
Va s’ouvrant, concédant un Chaos vide et large,
Où logerait en germe, uni, le jeune monde,
Et où volèteraient les atomes légers.

Non seulement pénis, mais couilles, ventre, lombes
Il dévore, et les bras, les jambes et la tête !
M’en tirèrent jadis par les pieds d’épeurés
Valets – ainsi Cacus par Hercule autrefois.

Mercure, cesse donc de mener à l’Érèbe
Les pauvres morts : ici bée un plus vaste enfer.

* : Toute cette épigramme est une parodie burlesque des lieux communs liés aux descriptions antiques des Enfers. Le premier vers est d’ailleurs emprunté à Virgile (Géorgiques, IV, 467).

Blanda est lingua tibi, mollis caro, vultus honestus,
Ante opus et nobis, Ursula, tota places;
Cum vero incubui, tum laxo mentula cunno
Incidit, ut cunnum nec subiisse putet.
Non latus aut fundum sentit, velut aere nudo
Palpitet, in liquidis vel spatietur aquis.
Sed vasto infelix late bacchatur hiatu,
Ac frustra in votum nititur aegra suum.
Nec vibrare nates, aut stringere brachia prodest,
Alta nec in scapulas tollere crura iuvat.
Conatus pereunt, perit omnis sudor anheli
Pectoris, et ruptis ilibus ossa dolent. Dii
tibi vel tollant quo digna videris amari,
Vel tribuant possis, Ursula, quo futui.

*

Taenarias videor fauces, alta ostia Ditis
Ingressus, quoties, Ursula, te futuo;
Tam patet inguinei siquidem descensus Averni;
Sed revocare gradum plurimus inde labor.
Nam quanto pressi magis, hoc magis atra vorago
Panditur, et late cedit inane Chaos,
Quod caperet teneri, coeuntia semina, mundi,
Quo possent atomi pervolitare leves.
Nec tantum penem, sed testes, ilia, lumbos,
Devorat, ac pariter brachia, crura, caput.
Pridem me trepidi, planta eduxere, ministri,
Tractus ab Alcida Cacus ut ante fuit.
Desine iam miseros, Erebo deducere manes,
Amplius hic barathrum, Pliade nate, patet.

(in Jani Pannonii poemata [1512])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

D'autres épigrammes de Janus Pannonius sur ce site : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :