Giulio Capilupi (vers 1544-avant 1600) : Épigrammes amoureuses

À sa chérie inquiète

Cesse de te transir, Chérie, de froides craintes,
Et de baigner de pleurs ta poitrine et tes joues :
Cesse de t’affliger, jetant d’injustes plaintes :
Elles me sont, hélas !, de cruelles blessures.

Les fleuves vagabonds rebrousseront leur cours,
Le Soleil cessera de suivre son chemin,
Avant que de mon cœur ta flamme ne s’écarte
Et qu’un autre souci ne retourne mes sens.

Tu es mon doux amour, tu es mon seul espoir,
Toi seule tu me plais parmi les filles belles :
Toi seule, Cornélie, dans ma vie m’es repos,
Et il m’est doux pour toi de vivre et de mourir.

*

Tableautin : Tityre pleure Némésis

Tandis que les prairies sont pues de bouvillons
Où le fleuve de Pô coule ses eaux limpides :
Du haut de la levée, Tityre qui les garde,
Pleure sa Némésis au tragique destin ;

Et regardant, penché, le fleuve – et comme glisse
Une goutte salée dans l’onde qui s’enfuit :
« Larmes, gagnez, dit-il, la mer avec ces eaux,
Et vous y ajoutant, rendez-la plus amère. »

*

Variante du précédent

Tityre, au bout, couché, de la rive de marbre
Que l’eau doucement fuit du muet Mincio,
Lamentant le trépas précoce de Néère,
Penché, versait des pleurs dans l’eau de la rivière.

D’eux-mêmes, des bovins s’approchant pour y boire,
Il leur tint à voix triste un bien triste discours :
« Fuyez loin de ces lieux et cherchez d’autres ondes
Qui puissent écarter la soif de votre mufle.

Tant est le Mincio de mes larmes amères
Imbibé, que la mer a de plus douces eaux. »

*

Entre Lune et Luna, bien des similitudes

La jeune Lune luit, radieuse, au ciel haut,
Chassant d’un clair éclat les ombres de la terre :
Tu rayonnes, Luna, visage à l’ajour haut,
Chassant de ton front pur les ténèbres du cœur.

De nuit la Lune mène à l’Olympe les danses,
Et son visage brille, éclatant plus qu’étoiles :
Albe, entraînant, Luna, les danseurs par la ville,
Ton visage éblouit, splendide plus que vierges.

Aussi t’a-t-on nommée très justement Luna,
Puisque de sa beauté resplendit ton visage.

NB : Dans l’original latin, Luna s’appelle Delia, qui est un des surnoms de Diane/Séléné (la Lune déifiée). Pour faciliter la compréhension de la version française, j’ai pris la liberté de changer le prénom.


Desine, lux mea, nunc gelido percussa timore,
Perque sinus lacrimas fundere, perque genas :
Desine et injustas diffundere maesta querelas ;
Namque haec sunt misero spicula dura mihi.

Ante suos retro flectent vaga flumina cursus,
Destituetque suas Cynthius ire vias,
Quam tua de nostris secedat flamma medullis
Et vertat sensus altera cura meos.

Tu mihi dulcis amor, tu spes mea sola, puellas
Inter formosas tu mihi sola places:
Tu requies nunc sola meae, Comelia, vitae,
Dulce mihi per te vivere, dulce mori.

*

Florida pascentes dum tondent prata juvenci
Eridanus liquidis qua fluit amnis aquis ;
Tityrus hos servat summo de margine ripae,
Et carae Nemesis tristia fata gemit,

Dum pronus fluvium spectat, dumque illius ore
In rapidas salsus labitur humor aquas:
« Ite, ait, lacrimae pelagi cum flumine ad undas,
Majoremque illis addite amaritiem. »

*

Tityrus extremo recubans in marmore ripae
Quam taciti Minci leniter unda fugit;
Immatura suae deflebat fata Naereae,
Effundens lacrimas pronus in amnis aquas;

Cum potum ad fluvium vaccis venientibus ultro
Haec dixit tristi tristia verba sono:
« Vos procul hinc fugite, atque alias jam quaerite lymphas
Quae possint vestro pellere ab ore sitim.

Namque meis adeo est lacrimis infectus amaris
Mincius, ut jam sit dulcior unda freti. »

*

Cum Luna exoriens radiis micat aethere ab alto,
E terris umbras luce nitente fugat;
Sic facie, specula cum fulges Delia ab alta,
Ex animo tenebras fronte micante fugas.

Nocturnos cum Luna choros argentea olympo
Ducit, sideribus clarior ore micat.
Sic quoque tu, choreas agitas ubi candida in urbe,
Delia, virginibus pulchrior ore nites.

Hoc igitur merito impositum est tibi Delia nomen,
Namque tuo illius splendet in ore decus.

(in Carmina illustrium poetarum italorum tomus tertius [1719] pp. 246 et 248)


Ces traductions originales, dues à Lionel-Édouard Martin, relèvent du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de les diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :