Martial / Marcus Valerius Martialis (40-104 [?]) : Gare aux mélanges !

Qu’aimes-tu mélanger, Tucca, du vieux falerne*
Au vin mis en tonneau sur le mont Vatican* ?
Quel si grand bien t’ont fait les rouges de taverne,
Ou que t’ont fait de mal les rouges les plus grands ?
Tue-nous, mais, assassin !, que le falerne vive,
Et que le campanie* ne soit intoxiqué !
Mettons qu’aient mérité de mourir tes convives :
De pareils flacons, eux, ne l’ont pas mérité.

* : Falerne et (vin de) campanie comptaient parmi les meilleurs crus de l’Italie antique ; les vins récoltés sur les coteaux du Vatican étaient, quant à eux, de qualité médiocre.

Quid te, Tucca, iuuat uetulo miscere Falerno
in Vaticanis condita musta cadis?
Quid tantum fecere boni tibi pessima uina?
aut quid fecerunt optima uina mali?
De nobis facile est, scelus est iugulare Falernum
et dare Campano toxica saeua mero.
Conuiuae meruere tui fortasse perire:
amphora non meruit tam pretiosa mori.

(Epigrammaton liber I, 18)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :