Catulle (84-54 av. J.-C.) : Il s’agit bien d’une pipe (poème 80)

La trahison des images (Magritte, 1929)


Dirais-je, Gellius, pourquoi tes lèvres roses
Montrent plus de blancheur que la neige d’hiver,
Quand tu sors le matin de chez toi, quand tu t’ôtes
Aux douceurs de la sieste, à deux heures, l’été ?
Je ne sais si c’est vrai : tu te goinfres, dit-on,
De la forte raideur à mi-ventre d’un homme ?
Que oui ! Victor, le pauvre, au cul rompu, le prouve,
Et le p’tit-lait pompé qui te souille la bouche.


Quid dicam, Gelli, quare rosea ista labella
hiberna fiant candidiora niue,
mane domo cum exis et cum te octava quiete
e molli longo suscitat hora die?
nescio quid certe est: an vere fama susurrat
grandia te medii tenta vorare viri?
sic certe est: clamant Victoris rupta miselli
ilia, et emulso labra notata sero.


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :