Catulle (84-54 av. J.-C.) : Lesbie est revenue (poème 107)

L'homme qu'on aimait trop (André Téchiné)


Pas sans rapport, peut-être, avec la Mathilde de Jacques Brel,
qui elle aussi est revenue.

Est-il plus grand bonheur que s’il vient une chose
Que l’on désire, espère, et que l’on n’attend plus ?
Mon bonheur vaut mieux qu’or : c’était là mon désir,
Tu me reviens, Lesbie ! C’était là mon désir,
T’offrant, tu me reviens ‒ je ne t’attendais plus !
Ah, ce jour à marquer de la plus blanche pierre !
Qui, plus que je ne suis, est heureux, qui dirait
Que l’on pût espérer rien de mieux que ma vie ?


Si quicquam cupido optantique optigit umquam
insperanti, hoc est gratum animo proprie.
quare hoc est gratum nobis quoque carius auro
quod te restituis, Lesbia, mi cupido.
restituis cupido, atque insperanti ipsa refers te
nobis. o lucem candidiore nota!
quis me uno vivit felicior aut magis hac est
optandum vita dicere quis poterit?


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :