Le marronnier (inédit)


Pose ton front contre le cœur
du marronnier, prête l’oreille
au trajet de la sève, à cette
force qui forge
l’oiselet dans le ciel ‒ du fer
incandescent crissant
près du soleil ‒, écoute
le grand dire du bleu :

que tout nuage est une feuille,
feuille aussi l’hirondelle,
jusqu’à cette étincelle
sur les traverses de l’orage,
jusqu’à l’étoile,

tout naît de l’arbre et de sa course
à l’aplomb de la terre,
de son cheminement sans griffes
parmi la lave et le cortex,
sous le lichen et sous la mousse,
sous le plumage et sous le derme,
dans ta chair et tes lèvres

en telle profusion

que tu ne parles de langage
que le murmure de la branche
et de l’écorce où pulse un verbe
qui s’émerveille d’être sang.

(© LEM juillet 2017)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :