Martial (40-104 ap. J.-C.) : La charrette de Bassus

Qui est Martial ?

On trouve ici, par Constant Dubos (1768-1845),
une autre traduction en vers de cette même épigramme.
Elle est assez typique de l’exercice scolaire appelé amplification

À la porte Capène¹ où l’eau tombe à foison,
Où le fer de Cybèle est lavé dans l’Almon¹,
Là où verdit le champ consacré des Horaces¹,
Où le petit Hercule a son temple vivace¹,
Bassus traînait, Faustin, à pleine cargaison
Tout ce que peut produire un domaine fécond.
Ah, tu aurais vu ça ! Choux de noble lignée,
Ciboulette, poireau², laitue ample et pommée²,
Bette point inutile au ventre fainéant ;
Grives grasses liées en chapelet pesant,
Un lièvre mâchuré par les crocs d’une lice,
Et un cochon de lait sans fève pour nourrice².
Le coureur³ n’allait pas devant le char, oiseux,
Mais portait dans du foin, bien protégés, des œufs.
‒ Bassus allait à Rome ?
______________________‒ Eh non : à la campagne.

¹ : La porte Capène, par où on sortait de Rome pour se rendre à Capoue. Elle supportait un aqueduc qui, à l’époque de Martial, n’était plus étanche (un autre auteur, Juvénal, parle de « madida Capena », « porte Capène imbibée d’eau »). L’Almon était un ruisseau qui se jetait dans le Tibre ; une fois l’an, on y lavait, au cours d’une fête, les instruments liés au culte de Cybèle. Le champ consacré des Horaces était supposé celui du combat mythique des Horaces et des Curiaces. Le temple du « petit Hercule » (à moins qu’il ne faille comprendre « Le petit temple d’Hercule » était ainsi nommé pour le distinguer des deux autres temples de Rome consacrés au même dieu.
² : Ciboulette et poireau portent le même nom, en latin (Martial parle « des deux variétés de poireaux »), la première est le « porrum sectivum », le second est le « porrum capitatum ». La « lectuca sessilis » est celle qui s’étale en pommant, sans monter en tige. Le cochon de lait, quant à lui, est un porcelet pas encore sevré, et qui n’est donc pas nourri de fèves.
³ : Le coureur (« cursor ») était un esclave qui précédait litière et attelage, afin de dégager la rue. Il avait d’ordinaire les mains libres (« feriatus »), pour pouvoir mieux exercer sa fonction.

Capena grandi porta qua pluit gutta
Phrygiumque Matris Almo qua lavat ferrum,
Horatiorum qua viret sacer campus
Et qua pusilli fervet Herculis fanum,
Faustine, plena Bassus ibat in raeda,
Omnis beati copias trahens ruris.
Illic videres frutice nobili caules
Et utrumque porrum sessilesque lactucas
Pigroque ventri non inutiles betas;
Illic coronam pinguibus gravem turdis
Leporemque laesum Gallici canis dente
Nondumque victa lacteum faba porcum.
Nec feriatus ibat ante carrucam,
Sed tuta faeno cursor ova portabat.
Urbem petebat Bassus? immo rus ibat.

(in Epigrammaton liber V, 47)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :