L’acacia (inédit)


Il manque sur la ville un bout de ciel,
tombé dans l’acacia mais pas tout seul,
avec ce qu’il passait d’oiseaux,
merles,
hirondelles,
tout chu dans la ramure, un bout d’azur
plein d’ailes : 

et poser son oreille au tronc suscite
un chant de rossignol engoncé dans la sève ‒  

ô comme il monte
vers l’obscure trouée, la clairière à emplir
de ce que peut rendre la terre
où les morts sont sans voix sous les muguets d’avril.


(© LEM 06 05 2018)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :