Georg Trakl (1887-1914) : Toujours plus sombre / Immer dunkler

Qui est Georg Trakl ?


Le vent mouvant les cimes pourpres :
Souffle de Dieu qui va et vient.
Le bourg noir face au bois se dresse ;
Trois ombres jonchent les labours.

Un chiche soir, profond et calme :
Ce que le val délivre aux humbles.
Un salut grave, en salle et clos,
Va mettre un terme à la journée.

Pieux et sombre un timbre d’orgue.
Marie y trône en robe bleue,
Berce en sa main son enfançon.
La nuit est étoilée et longue.


Der Wind, der purpurne Wipfel bewegt,
Ist Gottes Odem, der kommt und geht.
Das schwarze Dorf vorm Wald aufsteht;
Drei Schatten sind über den Acker gelegt.

Kärglich dämmert unten und still
Den Bescheidenen das Tal.
Grüßt ein Ernstes in Garten und Saal,
Das den Tag beenden will,

Fromm und dunkel ein Orgelklang.
Marie thront dort im blauen Gewand
Und wiegt ihr Kindlein in der Hand.
Die Nacht ist sternenklar und lang.

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :