Baudri de Bourgueil (vers 1050-1130) : deux épitaphes (Otto, Osanna)

gisant_enfant

Gisant d’enfant (XIIe siècle ?)


Épitaphe du petit Otto

Petite urne et sur l’urne une pierre de peu
Se révèlent l’abri de bien peu de matière.
S’il se peut qu’aient durci des os aussi peu vieux
Les os d’un jeune enfant sont là, sous cette pierre.

Tout juste l’enfant né, le voici qui renaît :
Il put à peine vivre, et dut mourir bientôt.
On lui donna ce nom, comme la mort venait,
Qui paraît en ces mots : CI-GÎT LE JEUNE OTTO.


Épitaphe d’Osanna, morte en couches

Veux-tu, lecteur, savoir, qui je fus, qui je suis ?
Je suis née demoiselle, et cendre me voici.
Fidèle à mon mari comme à mes rejetons,
Je mourus accouchant d’un dixième poupon,

Poupon qui ne naquit comme on naît d’ordinaire :
De sa mère incisée, l’enfant se vit extraire
‒ Fut raison de ma mort celle d’être épousée.
J’étais femme de maire, Osanna prénommée.

Mais à quoi bon honneurs, biens, nombreux rejetons ?
Sois, Christ, en ma faveur, sois pour moi ma maison.


Urna brevis modicusque lapis superadditus urnae
signant materiam quod foveant modicam.
Quod premit iste lapis pueri sunt ossa tenelli,
si tamen una satis duruit ossa dies.
Paene fuit natus puer hic simul atque renatus ;
vivere vix potuit moxque mori meruit.
Quod tamen imposuit nomen properantia mortis
his pateat signis : Otto puer jacet hic.


Lector, quid fuerim, quid sim, si forte requiris,
nata puella fui ; sum modo facta cinis.
Conjugio favi tantummodo prolis amore.
Occubui decimum dum parerem puerum.
Nec puer antiquo nascendi nascitur usu :
caesa matre quidem filius extrahitur.
Causaque nubendi mihi causa fuit moriendi.
Consulis uxor ego, nomen Osanna mihi.
Sed quid honor, quid opes, quid prolis copia prodest ?
Christe, mihi prosis ; tu mihi mansio sis.


Ces traductions originales, dues à Lionel-Édouard Martin, relèvent du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de les diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Baudri de Bourgueil (vers 1050-1130) : quatre épitaphes pour le même jeune Alexandre

épitaphe

Pierre tombale


― I ―

La mort avait donné tant à pleurer au monde !
Elle vient de donner à pleurer plus encore !
Car Alexandre est mort, le plus beau des garçons,
Le mieux fait, succombant bien avant qu’à son heure !

À peine était-il homme ‒ il n’avait pas vingt ans ‒
Quand se flétrit la rose, ah ! qu’il était ‒ superbe !
Il était né à Tours ; clerc ; doué de grands dons :
Rose rouge naguère, à présent cendre et boue.

S’il fut, jeune et si beau, mené à quelques fautes,
Dieu, sois-lui indulgent : c’est toi qui le fis tel.


― II ―

J’ai pour bien des tombeaux écrit des épitaphes :
Sur nulle autre épitaphe autant n’ai-je pleuré.
Alexandre ci-gît, de chacun regretté,
Et des siens plus que tout, la fleur de la jeunesse !
Supérieur en charme à la jeunesse belle
Comme la rose au nard, la violette au jonc.
‒ Mais on a vu fléchir le cou du malheureux :
Ainsi passe le lys privé de ses rejets…

Le pleure le clergé de Tours comme le pleurent
Tous ceux qui ont pitié de son âge si tendre.


― III ―

Tout ce que la nature avait de plus charmant,
Elle en avait pourvu Alexandre à l’envi,
Pouvant bien, à bon droit, le pourvoir de tous charmes
‒ Mais voici qu’il est mort, que cendre il gît ici.

À peine venait-il d’atteindre dix-neuf ans
Quand la mort l’enleva comme elle enlève tout.
Vile gloire d’un corps superbe ‒ et qui pourrit !
Sois-lui, Dieu, indulgent, s’il a démérité.


― IV ―

Toi qui presses le pas vers l’entrée de ce temple :
Fais halte pour savoir qui gît sous cette pierre.
Le corps ici couché, c’est celui d’Alexandre
Dont la rare beauté ressortait de ce monde.

Parmi les jeunes gens, tel l’astre qui attrait,
Il plaisait au clergé comme il plaisait au peuple.
Alors qu’il approchait de ses deux fois dix ans,
La force du soleil, tendre fleur ! l’a flétri.

Toi qui, lisant ces mots, compatiras au mort,
Prie Dieu qu’il ait pitié de ce tendre jeune homme. 


Fletus innumeros cum mors ingesserit orbi,
fletus majores ingerit ipsa modo.
Alexander enim, juvenum specialis honestas,
intempestiva morte gravatus obit.

Nondum bis denos adolescens vixerat annos,
cum rosa formosa marcuit a quod erat.
Canonicus Turonensis erat puer indolis altae ;
flos olim roseus nunc cinis est luteus.

Sique sibi maculas species attraxit et aetas,
tu tamen indulge, rex utriusque dator.


Cum titulos multis dederit mea cura sepulchris,
nullum flebilius quam dedit hunc titulum.
Alexander enim, luctus generaliter orbi
praecipueque suis, flos juvenum, jacet hic,
cujus plus juvenum cedebat forma decori
quam saliunca rosae, quam cytisus violae.
Tandem defuncti sic marcida colla videres
tamquam stirpitibus lilia trunca suis.

Hunc plorat clerus Turonensis, plorat et omnis
aetati quisquis compatitur tenerae.


Quicquid majoris potuit natura decoris,
illud Alexandro contulerat pariter.
Contuleritque licet quaecumque decora putantur,
mortuus attamen est ; ecce cinis jacet hic.
Supra quindenos vix quattuor attigit annos,
illi cum pariter omnia mors rapuit.
En fetet vilis speciosae gloria carnis ;
at, Deus, indulge quod male promeruit.


Qui properus properas praesentis ad atria templi,
sta, si nosse cupis quem tegit iste lapis.
Hic Alexandri cujusdam gleba quiescit,
quem mundo species unica praetulerat.
Hic, inter juvenes quasi conspectissima stella,
gratus erat clero, gratus erat populo.
Hic, cum bis denis vel circiter esset in annis,
tactus sole gravi flos tener occubuit.
Qui legis hos apices, si compateris cinerato,
dic orans : « Tenero parce, Deus, puero ».


Ces traductions originales, dues à Lionel-Édouard Martin, relèvent du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de les diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

%d blogueurs aiment cette page :