Nicolas Bourbon / Nicolaus Borbonius (1503-1550) : Variations autour du thème du chasseur et de l’amant

Comme un chasseur souvent
Tend ses rets pour proie vaine,
Ainsi le pauvre amant
Consume en vain sa peine.

*

Le chasseur a coutume
De tendre en vain ses rets :
Souvent l’amant consume
Sa peine à misérer.

*

Le chasseur fréquemment
Pose en vain ses filets :
Fréquemment un amant
Perd sa peine à brûler
D’un amour trop ardent.

***

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.
Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

***

Ut saepe incassum venator retia tendit,
Sic frustra infelix saepe laborat amans.

*

Retia saepe solet venator tendere frustra :
Non raro miseram ludit amans operam.

*

Saepe fit ut frustra venator retia ponat :
Saepe operam perdit, quem ferus urit Amor.

(in Nugae / Bagatelles [1533])

Nicolas Bourbon / Nicolaus Borbonius (1503-1550) : Les Saisons

C’est mai, le reverdi,
Partout ce sont risettes,
Les oiseaux font leur nid,
L’hirondelle musette.

*

Tout mûrit sous l’ardeur
De l’estival chaufour,
Qui sèche les humeurs
Et rend les membres lourds.

*

L’automne apporte vins,
Comble grenier, demeure :
Si tu as chaud pour l’heure,
Tu auras froid demain.

*

L’hiver, du vieux si craint
Tremblant du fait des ans,
Fait robuste et vaillant
Le jeune accru de pain.

*

Printemps, été, automne,
Hiver, font quatre en un :
Que soient ces membres joints,
« Année » sera leur somme.

***

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.
Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

***

Maius adest, vernant et rident omnia passim,
Nidificant volucres et Philomela canit.

*

Omnia maturat fervens ardoribus aestas,
Corpora desiccat, segnia membra facit.

*

Vina dat autumnus, replet cellamque penumque :
Si calor est hodie, cras tibi frigus erit.

*

Semper hiems senibus metuenda, trementibus aevo,
Sed iuvenes vegetat, roborat, auget, alit.

*

Ver, aestas, autumnus, hiems, sunt quatuor unum,
Quae si membra simul junxeris, annus erit.

(in Nugae / Bagatelles [1533])

%d blogueurs aiment cette page :