François Pétrarque (1304 – 1374) : A quelle condition devenir un oiseau ?

Il en va d’un dialogue fictif entre Saint-Louis, demeuré en Avignon, et Pétrarque, de retour en Italie.

– Si ta sublime Laure aujourd’hui se couvrait
De blanc duvet – planant, bel oiseau, sur la mer –,
N’aurais-tu pas désir d’adopter sa tournure,
Demeurant qui tu es dans ta métamorphose ?
Conçois-tu le bonheur de suivre ses envols,
Vaguant puis ci, puis là, sur la vague, avec elle,
Flanquant ta bien aimée, qu’elle vole ou se pose,
Partageant à jamais, tous deux, pareille vie ?

– J’aimerais, je l’avoue ; mais voudrais que se joigne
À nous mon cher ami, avec sa chère amie :
Plus doux serait de vivre à quatre cette vie
D’oiseaux, rien ne donnant plus prise à nulle peine.

***
Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. 
Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

***

– Candida si niveis se nunc tua Laurea pennis
induat et pelago pulcra feratur avis,
nonne voles simili te transformasse figura,
mente manente quidem, sed variante coma?
Nonne libens quocumque gradum feret illa sequeris,
hac illac secum per freta cuncta vagus,
dilectaeque comes nanti simul atque volanti,
ut similis semper vita duobus eat?

– Sic fateor, sed plura petam: mihi dulcis amicus
haeret et lateri dulcis amica suo.
Gratior haec avibus contingat vita quaternis,
nil animos usquam quod nimis angat erit.

(in Carmina)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :