Virgile : Énéide, livre X : La Mort de Pallas (474-489) ; Le Simulacre d’Énée (633-642)

Pallas lance une pique avec toutes ses forces
Et du fourreau creux tire une épée qui fulgure.
Elle, vole où se dresse, au plus haut, l’épaulière,
Tombe, fraie son chemin au bord du bouclier
– Même en fin touche un peu le grand corps de Turnus.
Alors Turnus un fer fixé au rouvre, aigu,
Fait longtemps tournoyer, à Pallas jette et dit :
« Vois si le mien, de trait, ne pénètre pas mieux ! »
Se tait. Le bouclier bardé de fer, d’airain,
Que la peau, tant de fois, couvre et ceint, d’un taureau,
L’impact vibrant du pieu au milieu le traverse,
Et la cuirasse obstante, et la large poitrine.
Il tire – en vain – le trait cuisant de la blessure :
Avec, par même voie, sang et vie vont suivant.
S’effondre sur sa plaie, dessus ses armes bruissent,
Terre hostile ! où il croule, et meurt – sa bouche saigne.


Ayant ainsi parlé, sitôt du haut ciel elle*
s’élance et meut l’hiver, nimbée, à travers souffles,
gagne l’armée troyenne et le camp des Laurentes.
Usant du creux nuage : une ombre ténue, grêle,
qui semble Énée – à voir, c’est prodige étonnant –
des traits dardaniens elle orne ; écu, panache
du divin chef imite, et donne des mots vides,
donne une voix sans âme, et copie pas, démarche
– la mort venue : ainsi, dit-on, volent fantômes
ou songes qui se jouent de nos sens endormis.

* : il s’agit de Junon.


At Pallas magnis emittit uiribus hastam
uaginaque caua fulgentem deripit ensem.
Illa uolans umeri surgunt qua tegmina summa
incidit atque uiam clipei molita per oras
tandem etiam magno strinxit de corpore Turni.
Hic Turnus ferro praefixum robur acuto
in Pallanta diu librans iacit atque ita fatur :
« Adspice, num mage sit nostrum penetrabile telum. »
Dixerat ; at clipeum, tot ferri terga, tot aeris,
quem pellis totiens obeat circumdata tauri,
uibranti cuspis medium transuerberat ictu
loricaeque moras et pectus perforat ingens.
Ille rapit calidum frustra de uolnere telum :
una eademque uia sanguis animusque sequuntur.
Corruit in uolnus, sonitum super arma dedere
et terram hostilem moriens petit ore cruento.


Haec ubi dicta dedit, caelo se protinus alto
misit, agens hiemem nimbo succincta per auras,
Iliacamque aciem et Laurentia castra petiuit.
Tum dea nube caua tenuem sine uiribus umbram
in faciem Aeneae, uisu mirabile monstrum,
Dardaniis ornat telis clipeumque iubasque
diuini adsimulat capitis, dat inania uerba,
dat sine mente sonum gressusque effingit euntis,
morte obita qualis fama est uolitare figuras
aut quae sopitos deludunt somnia sensus.


Ces traductions originales, dues à Lionel-Édouard Martin, relèvent du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de les diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


D'autres extraits
de Virgile sur ce blog :

Une réponse

  1. Merci beaucoup Lionel pour toutes tes traductions. L’humble ancien « latiniste » -si je peux encore me qualifier ainsi, l’apprentissage enthousiaste de cette langue et sa pratique régulière remontant désormais à trop longtemps- que je suis se régale de tenter l’exploration des textes latins que tu nous envoies et de pouvoir avoir recours à la traduction quand, trop souvent, je butte sur quelques difficultés.

    Á très bientôt, je l’espère…

    Avec toute mon affection. Hugues

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :