Horace : À d’autres de vanter… (Laudabunt alii, in Odes, I, 7)

À d’autres de vanter_-Rhode l’illustre ou Mytilène,
__Éphèse ou les remparts de Corinthe aux deux mers,
la Thèbes de Bacchus,_-la Delphes d’Apollon – chacune
__célèbre pour son dieu –, Tempé de Thessalie ;
certains pour seul ouvrage_-ont de chanter à los constant
__la ville de Pallas l’inviolée et de
cueillant partout l’olivier_-s’en couronner le front ;
__nombreux ceux qui diront, en honneur de Junon,
Argos propre aux chevaux_-et les richesses de Mycènes.

__Moi, l’endurcie Lacédémone et de Larisse
le terroir opulent_-ne m’ont si fort frappé le cœur
__que la demeure d’Albunée la résonante__
où l’Anio se précipite,_-et le bois de Tibur,
__et les vergers mouillés de rapides ruisseaux.
Le vent pur du midi_-purge souvent le ciel obscur____
__de ses nuées, sans engendrer de pluies sans fin :____
pareillement, sois sage_-et souviens-toi de mettre un terme,
__Plancus, à la tristesse, aux peines de la vie,
en buvant le vin doux,_-que te retienne un camp d’enseignes
__fulgurant, ou l’ombre dense de ton Tibur.
__
Teucer, dit-on, comme il fuyait_-Salamine et son père,__
__de peuplier pourtant, pour les en couronner, __
ceignit ses tempes humectées_-de liqueur de Bacchus __
__et tint à ses amis affligés ces propos :
« Où que nous porte la fortune,_-nous irons – plus douce
__que n’est mon père, ô alliés, mes compagnons.
Avec Teucer pour chef,_-sous les auspices de Teucer :
__de l’espoir : Apollon l’infaillible a promis
une seconde Salamine_-en un pays nouveau.
__Ô braves qui avez souvent subi le pire
à mes côtés : noyez_-vos soucis dans le vin, mes hommes !
__demain nous reprendrons la mer démesurée. »


Laudabunt alii claram Rhodon aut Mytilenen
___aut Ephesum bimarisve Corinthi
moenia vel Baccho Thebas vel Apolline Delphos
___insignis aut Thessala Tempe;
sunt quibus unum opus est intactae Palladis urbem
___carmine perpetuo celebrare et
undique decerptam fronti praeponere olivam;
___plurimus in Iunonis honorem
aptum dicet equis Argos ditesque Mycenas:
___me nec tam patiens Lacedaemon
nec tam Larisae percussit campus opimae
___quam domus Albuneae resonantis
et praeceps Anio ac Tiburni lucus et uda
___mobilibus pomaria riuis.______
Albus ut obscuro deterget nubila caelo
___saepe Notus neque parturit imbris
perpetuo, sic tu sapiens finire memento
___tristitiam vitaeque labores___
molli, Plance, mero, seu te fulgentia signis
___castra tenent seu densa tenebit ___
Tiburis umbra tui. Teucer Salamina patremque
___cum fugeret, tamen uda Lyaeo
tempora populea fertur uinxisse corona,
___sic tristis affatus amicos:
« Quo nos cumque feret melior fortuna parente,
___ibimus, o socii comitesque.
Nil desperandum Teucro duce et auspice Teucro:
___certus enim promisit Apollo
ambiguam tellure nova Salamina futuram.
___O fortes peioraque passi
mecum saepe viri, nunc vino pellite curas;
___cras ingens iterabimus aequor. »


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

D'autres odes d'Horace sur ce blog :

Elles sont trop nombreuses pour qu’on puisse en donner ici la liste :
si on est intéressé, saisir « Horace » dans l’outil de recherche
situé en haut à droite de cette page.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :