Horace : Tous nous allons mourir… (Aequam memento rebus in arduis, in Odes, II, 3)

Souviens-toi de garder, quand le sort t’est contraire,
ton équanimité ; quand il t’est favorable :
___de l’insolente joie fais abstinence,
___puisque tu dois, ô Dellius, mourir,

que tu aies de tout temps vécu dans la tristesse,
ou qu’à l’écart d’un pré, couché, les jours de fête,
___tu trouves ton bonheur en un Falerne
___mis à vieillir tout au fond de ta cave.

Là où l’immense pin et le peuplier blanc
aiment associer leurs accueillants ombrages
___à leurs rameaux ; là où l’onde fugace
___peine à bondir dans le ru sinueux,

ordonne qu’on t’apporte et des vins, des parfums,
et les trop brèves fleurs de l’aimable rosier,
___tant que ton âge et ton état, les fils
___noirs des trois sœurs *, voudront te le permettre.___

Tu quitteras bocages achetés, demeure,___
tu quitteras ta ferme arrosée par le Tibre
___jaune et un héritier deviendra maître
___de tous tes biens si haut accumulés.

Que l’on soit riche et né de l’antique Inachus,
cela n’importe en rien ; que d’infime origine
___on vive sous le ciel : à sa victime
___Orcus en rien ne fait miséricorde.

Tous vers le même endroit poussés, nous sommes tous
dans l’urne agités par le sort, dont tôt ou tard
___il jaillira pour nous faire embarquer
___sur le bateau de l’exil éternel.

* : il s’agit des Parques.


Aequam memento rebus in arduis
servare mentem, non secus in bonis
___ab insolenti temperatam
___laetitia, moriture Delli,

seu maestus omni tempore vixeris
seu te in remoto gramine per dies
___festos reclinatum bearis
___interiore nota Falerni.___

Qua pinus ingens albaque populus
umbram hospitalem consociare amant
___ramis et obliquo laborat
___lympha fugax trepidare rivo

huc vina et unguenta et nimium brevis
flores amoenae ferre iube rosae,
___dum res et aetas et Sororum
___fila trium patiuntur atra.___

Cedes coemptis saltibus et domo
villaque, flavus quam Tiberis lavit,
___cedes, et exstructis in altum
___divitiis potietur heres.

Divesne prisco natus ab Inacho
nil interest an pauper et infima
___de gente sub divo moreris,
___victima nil miserantis Orci;

omnes eodem cogimur, omnium
versatur urna serius ocius
___sors exitura et nos in aeternum______
___exilium impositura cumbae.


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

D'autres odes d'Horace sur ce blog :

Elles sont trop nombreuses pour qu’on puisse en donner ici la liste :
si on est intéressé, saisir « Horace » dans l’outil de recherche
situé en haut à droite de cette page.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :