Julio Aelio Crotto (XVIe siècle, Italie) : Trois épigrammes de style précieux

Si nombreux les brandons qui me brûlent, Arnide,
Sortant continûment de tes yeux enflammés,
Que tempêtes de pleurs et que pluies d’amertume
N’y peuvent rien – bientôt, je serai cendre tiède ;

Tempêtes, à rebours, de pleurs, pluies d’amertume
Sourdront si continues de mes yeux malheureux
Que les flammes sortant, Arnide, de tes yeux,
N’y pourront rien – bientôt je serai ru menu.

Arnide, brûle-moi sans que je perde vie,
Ou du fait de tes feux, ou du fait de mes pleurs.

*

Je pars, t’abandonnant le meilleur de moi-même,
Élie : dans ma folie, résignant cœur et âme,
– Qui le croirait ? – j’emporte une plaie sans remède,
Une plaie éternelle, éternel ulcéré.

Ô prodige où la main de Vénus est à l’œuvre !
Je pars et suis vivant, privé de cœur et d’âme.

*

Embrasé, Phaéton, chu du char de son père,
Éteignit son ardeur dans les ondes du Pô :
Échauffée de fumées et de feux, l’eau pâlit,
Quand au milieu des flots tomba la pâle ardeur.
– Mais moi, détruit, noirci par les flammes d’Amour,
Le fleuve aux eaux gonflées n’a point su me détruire.
Vieillard blanchi, aux joues barbues d’écume, hirsutes*,
Serais-tu paresseux, as-tu moins de pouvoir,
Ou en ai-je, moi, plus ? – Dur pouvoir de la dure
Vénus, qui incendie les vents, les mers, les fleuves.

* : Il en va sans doute de la personnification du Pô, ou d’un autre fleuve.

Usquc adeo innumeris torres, mea mi Arni, favillis
Quae assidue e roseis prosiliunt oculis;
Ut ni mi lacrimarum hiemes, atque imber amarus
Officiat ; tepidum jamjam abeam in cinerem,
Et rursus lacrimarum hiemes, atque imber amarus
Tam assidue miseris mi effluit ex oculis;
Ut ni mi, Arni, tuis qui prosilit ignis ocellis
Officiat ; tenuem jam jam abeam in fluvium.
Me mea jam, Arni, ure, et vitam ne deserat humor,
Sive tuis flammis, sive meis lacrimis.

*

Discedo, et tecum melior pars, Aelia, nostri
Vivit : eo demens absque anima atque animo,
Quis credat? vulnus mecum insanabile, vulnus
Aeternum, aeternum saucius hinc refero.
O Paphiae , et Gnydiae factum admirabile dextrae!
Discedo, et yivo absque anima, atque animo.

*

Incensus patrio Phaëthon delapsus ab axe,
Ardorem extinxit fluctibus Eridani:
Cum fumo, et flamma pallens excanduit unda:
Cum periit media Pallidus ardor aqua.
Sed me candenti Veneris face perditum, et atrum,
Non potuit tumidae perdere fluctus aquae.
Cane senex, horret mento cui spumea barba,
Anne adeo segnis, et tua vis minor est?
An mea vis major ? saevae vis saeva Diones,
Quae ventos urit, & maria, et fluvios.

(in Carmina illustrium poetarum italorum tomus tertius [1719] pp. 521-2, pp. 522-3 et p. 523)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :