Le couvreur (inédits 1993-1994)


Le couvreur met terme au temps
clouant l’ardoise comme
on plante un piquet dans
le cours de la rivière
pour retenir la barque

recolle sur le pois-
son les écailles
vide encore de laitance
– la carpe est bête constructible –

et la vase jaillit pour mémoire
au beau milieu des fondations
cave ouverte aux sources pleines
contenues dans les racines
–  il suinte un goût d’étang
dans les chéneaux qu’on soude

(© LEM 1993)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :