Marcantonio Flaminio (1498-1550) : La possession bachique

Qui est Marc-Antoine Flaminio ?

Quelle fureur, Bacchus, me prend, m’enrage ? – Io, io,
Pris, emporté, je suis, volant par les futaies
– La Ménade y rend culte, et la Triétérique,
Y errant et menant leurs danses de délire.
Je crois entendre l’air retentir à vacarme
Partout ; je me crois joint, rapide, aux chœurs, aux troupes
Errant dans les futaies… Évohé, le sol tremble
Sous mes pieds ; un nuage, évohé, de poussière
M’ôte le jour. Voici le rejeton – tout près ! –
De Sémélè. Il vient : tinte clair le crotale,
Bruit bas la flûte courbe en roseaux de Phrygie.
Évohé, mon cœur vague ! Évohé, la fureur
Fouette mes reins tremblants ! – Cesse, de grâce, cesse
D’éperonner mon cœur : mène d’autres, véloces,
Dans les maquis de Thrace, à d’autres de ployer,
Tourner çà, là, la tête, et du thyrse enlierré
De massacrer le fauve ! Au calme retiré,
Moi, je rendrai ton culte, et dirai, nouveau prêtre,
Bacchus, sur cordes d’or, et son pieux pouvoir,
Chanterai tes secrets, Liber, habiterai,
Ma vie durant, tes bois, te servirai toujours.
– Que si, Père, tu veux m’inclure dans la troupe
Des Bacchants, m’entraîner, délirant, par les monts
Du Rhodope : fais-moi du moins cette faveur
D’entraver la fureur de la passion, Père,
Et que je vive exempt des corvées amoureuses.


Age, Bacche, quis furor me rabidum occupat ? Io io
rapior, et alta cursu volucri in nemora feror,
ubi sacra Maenades cum Trieterica celebrant,
furibunda solent vagantes agitare tripudia.
Audire videor alto reboantia strepitu
ubique aera : jam choris, jam videor nemorivagis
celer interesse turmis. Evoe mihi sola sub
pedibus tremunt, nubes Evoe pulverea diem
mihi tollit. Adest, adest jam Semeleia propius
soboles : io venit, tinnula cymbala resonant,
Phrygiis recurva stridet grave tibia calamis.
Evoe vagus abit animus, evoe tremula flagris
mihi terga quatit furor. Parce precor, precor, animum
stimulis citare tantis : alios rape celeres
per opaca Thraciae rura, alii capita rotent
hinc et hinc reflexa, thyrsisque feras hederigeris
lanient. In otiosis ego sacra latibulis
faciam, aureisque Bacchi pia numina fidibus
referam novus sacerdos. Tua, Liber, initia
cantabo, et ista, donec mihi vita supererit,
habitabo nemora, semper tuus, Evie, famulus.
Quod si bene, pater, Euhantum me inserere choris
animo est, et altae furibundum per juga Rhodopes
agitare, tuo mihi saltem munere liceat
rabidi furorem amoris compescere, pater, et
da servitio gravi dominae vivere vacuum.

(in Marci Antonii, Joannis Antonii et Gabrielis Flaminiorum Carmina [1743] p. 23)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :