La tomate (inédit)


Cœur de bœuf à l’étal : mais vivant d’une vie
___végétale & sans bœuf & sans sang ‒
seul un jus contenu sous la peau consenti
___par la sève ; un dehors saisissant
qui rappelle ce cœur obsédant nos poitrines :

tomate très-humaine oh ! plus que très-bovine
___ici pend notre cœur sauf à croire
que bat une tomate au sein de nos poumons
notre sang n’étant rien qu’une ondée d’arrosoir
___& notre chair qu’une illusion.


(© LEM 29 09 2018)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :