Georg Trakl (1887-1914) : Septuor de la mort / Siebengesang des Todes

Qui est Georg Trakl ?

Bleuâtre crépuscule de printemps ; sous des arbres qui tètent
Parmi soir et déclin marche une forme obscure
Prêtant l’oreille au merle et à sa douce plainte.
Sans bruit paraît la nuit, gibier sanguinolent
Qui lentement descend sur la colline.

Dans l’air humide oscille une ramure de pommier en fleurs,
Un lacis se desserre, argenté,
Agonisant, issu d’yeux nocturnes ; étoiles qui tombent ;
Douce chanson d’enfance.

Le dormeur, mieux distinct, dévalait le bois noir
Et une source bleue bruissait en profondeur,
Aussi souleva-t-il avec douceur ses paupières livides
Au-dessus de sa face de neige ;

Et la lune chassait une bête roussâtre
De son terrier ;
Et en soupirs mourait obscure la plainte des femmes.

Leva, plus rayonnant, les mains vers son étoile
L’étranger blanc ;
Quelque chose de mort abandonne sans bruit la demeure détruite.

Ô forme corrompue de l’être humain : formée de froids métaux,
De la nuit, de la peur des forêts englouties,
De la sauvagerie brûlante de la bête ;
Calme sans vent de l’âme.

Sur un noirâtre esquif : lui, descendit des fleuves flamboyants
D’étoiles pourpres pleins et se ploya
Paisiblement sur lui la ramée reverdie,
Pavot chu d’une nue argentée.


Bläulich dämmert der Frühling; unter saugenden Bäumen
Wandert ein Dunkles in Abend und Untergang,
Lauschend der sanften Klage der Amsel.
Schweigend erscheint die Nacht, ein blutendes Wild,
Das langsam hinsinkt am Hügel.

In feuchter Luft schwankt blühendes Apfelgezweig,
Löst silbern sich Verschlungenes,
Hinsterbend aus nächtigen Augen; fallende Sterne;
Sanfter Gesang der Kindheit.

Erscheinender stieg der Schläfer den schwarzen Wald hinab,
Und es rauschte ein blauer Quell im Grund,
Daß jener leise die bleichen Lider aufhob
Über sein schneeiges Antlitz;

Und es jagte der Mond ein rotes Tier
Aus seiner Höhle;
Und es starb in Seufzern die dunkle Klage der Frauen.

Strahlender hob die Hände zu seinem Stern
Der weiße Fremdling;
Schweigend verläßt ein Totes das verfallene Haus.

O des Menschen verweste Gestalt: gefügt aus kalten Metallen,
Nacht und Schrecken versunkener Wälder
Und der sengenden Wildnis des Tiers;
Windesstille der Seele.

Auf schwärzlichem Kahn fuhr jener schimmernde Ströme hinab,
Purpurner Sterne voll, und es sank
Friedlich das ergrünte Gezweig auf ihn,
Mohn aus silberner Wolke.

(in Sebastian im Traum)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :