Johanna Wolff (1858-1953) : En bateau / Im Boot

Qui est Johanna Wolff ?


Parfums de trèfle et de girarde
doux et pressants vont par le sombre.
Ô comme j’aime ces parfums
et comme j’aime cette nuit !

Et posément ma rame glisse
parmi la vague où luit la lune.
Ô comme j’aime cette vague
et comme j’aime cet éclat !

Quand des bleu-sombre profondeurs
avec les souffles, les parfums,
oublis et pertes m’enténèbrent
de leur tendresse délicate
– quand mon esquif glisse sans bruit
parmi la nuit.


Klee und Nachtviolen duften
süß bedrängend durch das Dunkel.
O wie lieb ich diese Düfte
und wie lieb ich diese Nacht!

Und mein Ruder gleitet leise
durch die Wellen mondumflimmert.
O wie lieb ich diese Wellen
und wie lieb ich diesen Glanz!

Wenn aus dunkelblauen Tiefen
mit den Lüften, mit den Düften
ein Vergessen und Verlieren
mich umdämmert weich und sacht
und mein Nachen lautlos gleitet
durch die Nacht.

(in Wanderer wir. Ausgewählte Gedichte. [1939])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :