Lisbeth Eisner (1867-1949) : Je vais t’abattre / Ich will dich erschlagen


« Je vais t’abattre !

Moi ! Penthésilée »

Et de piquer des deux.

En bond de mort se dresse
sabot luisant un destrier.
Achille frémit : son trait se teinte
d’un sang bouillant coulant de cœur.
Deux bras à nu,
parés d’armilles,
choient près de lui –
plus jamais ne montera,
plus jamais ne se battra
Penthésilée.

Achille se terra dans sa tente
trois jours durant.
Son cœur fut à jamais souffrant.
C’est ainsi qu’abattit le héros
Penthésilée.

 


« Ich will dich erschlagen!

Ich! Pentesilea! »

Sie sprengt heran.

Im Todessprung steigt
hufblitzend ein Roß.
Achilles schaudert: sein Geschoß
färbt sich in heißem Herzblut.
Zwei nackte Arme,
ringgeschmückt,
fallen zur Seite –
Nie wieder reitet,
nie wieder streitet
Pentesilea.

Achilles barg sich in seinem Zelt
drei Tage lang.
Sein Herz blieb ihm für immer krank.
So schlug den Helden
Pentesilea.


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :