Elke Engelhardt (née en 1966) : Pour que les jours commencent convenablement / Die Tage mit Anstand beginnen lassen


Faire le poirier
pour, les bougeant, mettre en lumière les choses
(question de perspective).
Juste encore quelques pages d’un livre ouvert :
la certitude alors disparaîtra,
et avec la certitude la seconde peau faite de mauvaises réponses.
Les questions qui se poseront alors sur la peau à vif et qui feront mal,
les supporter jusqu’à pouvoir admettre :
c’est là la réponse.


Einen Kopfstand machen,
um die Dinge ins rechte Licht zu rücken
(eine Frage der Perspektive).
Nur noch wenige Seiten eines offenen Buches,
dann wird die Gewissheit verschwinden,
und mit der Gewissheit die zweite Haut aus falschen Antworten.
Die Fragen, die sich dann schmerzhaft auf die rohe Haut legen
aushalten, bis man zugeben kann:
das ist die Antwort.

(Publié ce jour [16 mai 2020] dans Fixpoetry)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :