Maximus Pacificus (vers 1406 – vers 1500) : Au sommeil / Ad somnum

Sommeil, redonne-moi de telles nuits d’amour,
Et des rêves pareils ou des rêves meilleurs.
Le rêve rend heureux, le rêve est un bonheur,
Et vain soit qui dira que les rêves sont vains.
Les miens sont bien réels, non, je n’ai pas rêvé,
Ne dites pas qu’est rien ce qui est sans effet.
Son visage était vrai, l’image point trompeuse,
Mille étreintes données, donnés mille baisers.
Je l’ai tenue sous moi, encor, encor, la fille
Qui s’est à moi donnée, comblant tous mes désirs.
Pourquoi sinon le lit serait-il encor chaud ?
Ma place était ici, elle occupait cette autre.
Tous deux sur la couchette, et y dormant tous deux :
L’empreinte de deux corps y est bien perceptible,
Et ces marques de pied, ce ne sont pas les miennes,
Mais d’un pied fait au tour, plus petit que le mien.
Sa tête était ici ; là, ses mains, droite et gauche.
Et ici l’arrondi de ses genoux tendus.
La goutte d’un récent commerce a teint les draps,
Le matelas, qui était sec, en est taché.
Pourquoi cette fatigue et ces reins… éreintés,
Pourquoi cette langueur dans tous mes autres membres ? […]


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


Somne, precor, repetas nostrum sic saepe cubile
Somnia sic iterum vel meliora refer.
Somnia felicem facere, et somnia laetum,
Vanaque qui dicit somnia, vanus erit.
Vera quidem mea sunt, nec me deceperat error,
Quod caret effectu, dixeris esse nihil.
Vera fuit facies, nec falsa fefellit imago,
Mille dedi amplexus, basia mille dedi.
Saepe ego compressi, rursusque iterumque puellam,
Et mihi quo volui se dedit illa modo.
Unde tepet lectus ? Calet hac quod parte cubile ?
Hic jacui, alterius pars fuit illa tori.
Lectulus hic ambos tenuit, requievimus ambo,
Pressa sub amborum corpore signa manent.
Quae video, non sunt nostrae vestigia plantae,
Est pede caelatus pes minor iste meo.
Hic caput adposuit ; dexta haec manus, illa sinistra,
Hic utroque fuit nixa recurva genu.
Linteaque officii variavit gutta recentis,
Sordida siccato culcita facta loco est.
Quid jaceo fessus ? Latus hoc quid debile rupit ?
Membraque qui lentus caeteta langor habet ? […]

(in Elegiae jocosae et festivae [1489])

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :