Girolamo Angeriano / Hieronymus Angerianus (1470-1535) : La poignée de neige / De Caeliae nive

Transi, j’allais – quand, me voyant : par jeu, Nadège
Me jeta au visage une poignée de neige.
– De neige ? Mais que non ! C’était comme un brasier
De petit bois, qu’une bourrasque eût attisé.
Je brûlai, malheureux. Par quel miracle peut
Se révéler parmi la neige un trait de feu
Capable d’embraser jusqu’aux plus lourdes nues
Et la plaine des eaux par la glace tenues ?
– Dépends ton arc, Amour,  et dépose ta flamme,
Si tel est ton pouvoir : brûler de gel une âme.

***

Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.
Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

***

Transibam, frigens. vidit me Caelia, risit,
Et mea compressam iecit in ora nivem.
Non nix illa fuit, rapido sed qualis ab Euro
Arentes calamos urere flamma solet.
Tunc arsi infelix. sunt haec miracula? possunt
In media fieri flammea tela nive?
Credo equidem, densas potuisset adurere nubes,
Cumque pruiniferis aequora fluminibus.
Pone arcum; pudeat te flammas ferre Cupido.
Hoc numen verum, hoc: corda cremare gelu.

(in Erotopaegnion [1512 ])

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :