Tito Vespasiano Strozzi (1425-1505) : Deux épigrammes à son amie

Qui ne t’a vue : pauvre de lui ! mais qui te voit,
Qu’il se sache voué à d’innombrables morts.
Je subis dès longtemps cet incroyable sort
Qui me mine – et sans honte, en assume le poids.

Et je vis, et je meurs : et n’exclus d’endurer
Mille morts si je puis une fois t’admirer.

*

Si j’étais plus que feuille léger, plus que brise
Inconstant, si ma foi fluait par courts instants,
Je ne t’aurais, fidèle, aimée de long amour,
Ni ne serais contraint de pleurer sans répit.

Mon corps ne serait pas consumé de langueur,
Ni n’aurait la pâleur altéré mon visage.
– Mais vous savez leurrer l’amant sans méfiance :
Se plaint-on d’un affront ? – vous pensez trahison.

Je t’aurais, malheureux – ce dis-tu – « préféré
La superbe Lotis et la Maréotide ? »
Juré : je ne connais que de nom l’une et l’autre :
Que si je t’ai trompée, Vénus me boude et brime !

Pourrais-je loin de toi mener mon existence,
L’une fût-elle Iopè, la seconde Inachis ?
Je ne suis pas de ceux qui changent de maîtresse,
Mon amour ne va pas à foulées incertaines.

Je tiens mon cap, tu es mon port : puisse mon ancre
Ici tenir, et résister à toute houle.


Cui non conspecta es, miser est : qui te aspicit, hic se
Addictum innumeris mortibus esse sciat.
O rem incredibilem, quam perditus ipse tot annos
Experior, sortem hanc nec tolerare piget.
Et vivo, et morior : nec mortes ipse recusem

Mille pati, ut possim te semel aspicere.

*

Si levior foliis, auraque incertior essem,
Et flueret modico tempore nostra fides,
Non ego tam longo constans in amore fuissem,
Ire nec assiduas cogerer in lacrimas.
Nec gracileis adeo macies consumeret artus,
Nec mea mutaret pallidus ora color.
Sed vos decipere incautos didicistis amanteis,
Et queritur laedi fallere siqua parat.
Tu me infelicem formosam Lotida narras,
Et Mareotinidem praeposuisse tibi.
Has ego dispeream si praeter nomina novi
Tardaque et infido sit mihi dura Venus.
Te ne ego deserta potuissem ducere vitam,
Haec Iope quamvis, Inachis illa foret?
Non sum quem valeant aliae mutare puellae,
Nec meus incertis passibus errat amor.
Huc cursum tenui, tu portus es, ancora nostra hic
Haereat, hinc nullis fluctibus ejiciat.

(in Eroticon [1485])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :