Gerolamo Bologni (1454–1517) : Le temps passe vite, soyons épicuriens !

Les trois âges (détail) Hans Baldung Grien (1510)

Les trois âges (détail) Hans Baldung Grien (1510)


Hélas ! Pauvres mortels, la vie se précipite,
S’écoule tel le cours sans retenue du Tibre,
Comme le vent d’hiver, soufflant du pôle, accourt,
Comme vers l’astre haut va la fumée légère…

Il n’y a guère encore, on me croyait enfant
– Ne portant au visage aucun trait d’homme fait :
Je change, mes amis me remettent à peine
– Eux dont, il y a peu, la foule me flanquait…

M’est venu sur la face un étrange portrait,
A surgi de la barbe, hirsute et indomptable.
Nous qui, il y a peu, goûtions à la jeunesse,
L’heure est proche où serons des vieillards décrépits…

Étapes – qu’y peut-on ? Tous, nous sommes menés
Là où la destinée nous dénie tout retour…


Nous allons, Femme, au terme, et des heures passées
Il ne revient jamais, fût-elle brève, aucune.
Au moins, ces heures-là, vivons-les, qui nous prirent
Naguère tant d’années, tant de nuits, tant de jours.

Apaisons tout d’abord les troubles creux de l’âme,
Dût toute la maison crouler de fond en comble.
Que l’ennemi razzie, qu’en ville erre la troupe,
Bannissons loin de nous toute angoisse de guerre.

N’ayons d’autre désir que du seul nécessaire,
Gardons-nous du péché de la folle avarice.
Nous taillerons la vie, en vivant de la sorte :
S’il faut se soucier, c’est quand on doit mourir.


Me miserum, praeceps aegris mortalibus aetas
Labitur, ut rapidi Thybridis unda fluit,
Ut Scythica Boreas properat brumalis ab Arcto,
Ut suprema levis fumus in astra volat.
En ego, quem puerum cuncti paulo ante putabant
Signaque cui vultus nulla virilis erant,
Immutor possint ut me vix nosse sodales,
Haerebat lateri quae modo turba meo.
Insolitam traxit facies obducta figuram
Surgit et hirsutis hispida barba pilis.
Sic modo qui laeti fuimus juvenilibus annis
Crastina decrepitos efficit hora senes.
Sic demum incauti post haec deducimur omnes
Illuc, unde aliquem fata redire vetant.

(in Candidae libri tres)


Tendimus ad metam, conjux, redituraque numquam est
de semel amissis hora vel una brevis.
Horis saltem aliquot vivamus tot quibus anni,
tot quondam noctes, tot periere dies.
Imprimis animi affectus sedemus inanes,
vel ruat a summo culmine tota domus.
Saeviat hostis agro, miles bacchetur in urbe,
omnis eat belli sollicitudo procul.
Nil nisi quod sit opus nostros quaeramus in usus
absit et insanae crimen avaritiae.
Cum sic vixerimus, poterit tum vita putari ;
vita fovens curas mortis habenda loco est.

(in Epigrammata familiara)


Ces traductions originales, due à Lionel-Édouard Martin, relèvent du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de les diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :