Hermann Hesse (1877-1962) : Comme le vent gémissant / Wie der stöhnende Wind

Qui est Hermann Hesse ?

Comme le vent gémissant dans la nuit
Impétueux, mon désir va vers toi,
Est éveillé tout ce qui se languit –
Ô toi qui m’as à ces affres soumis,
Qu’est-ce que donc tu sais de moi !

J’éteins sans bruit mon tardif éclairage,
Veille, jouet d’une fièvre durable.
Et si la nuit a tout de ton visage
Parlant d’amour, le vent est à l’image
De ce tien rire inoubliable.


Wie der stöhnende Wind durch die Nacht
Stürmt mein Verlangen nach dir,
Jede Sehnsucht ist aufgewacht –
O du, die mich krank gemacht,
Was weißt du von mir !

Leise lösch ich mein spätes Licht,
fiebernde Stunden zu wachen,
Und die Nacht hat dein Angesicht,
und der Wind, der von Liebe spricht,
Hat dein unvergeßliches Lachen !


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :