Benedikt Steiner (né en 1990) : tiré des sons / aus den Klängen


profondément rêvent
pierre devenues
baignées constamment
d’eaux de monts lointains
croissant de source ainsi
que les plus lents des rythmes
jamais ne trompent
désormais vivent
autres les villes qui demeurent
sans au-dessus plus de fumée
et de la brume fine
entre les maisons
tisse une nuit toute première  


träumen tief
zu Stein gewordene
stets umflossen
vom Gewässer ferner Berge
in Quellgebieten wachsend als
langsamste Rhythmen
täuschen nie
leben von nun an
anders gebliebene Städte
über denen kein Rauch mehr steht
und feiner Nebel
zwischen den Häusern
eine allererste Nacht webt


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :