Hung-min Krämer (née en 1965) : Eggleston II


Il est des lieux dans toute demeure
où tombent inaperçus des rayons de soleil.
Même les jours bouchés d’hiver.
Il est des mains câlines pour disposer des fleurs
dans des vases démodés en porcelaine.
Et savais-tu qu’il est des livres
dont les tranches ressemblent
aux cadres modestes et dorés des tableaux
pendus au-dessus d’eux au mur ?
À motifs aussi vieux aussi doux que la lumière
aussi savamment obscurément provocateurs
que les mots dans les livres au-dessous d’eux
dont plus personne ne prend la peine
de suivre les références croisées.
Mais toi tu pourrais le faire.


Es gibt Orte in jedem Haus
auf die unbemerkt Sonnenstrahlen fallen.
Sogar an trüben Wintertagen.
Es gibt Hände, die liebevoll Schnittblumen
in altmodische Porzellanvasen stellen.
Und wusstest Du, dass es Bücher gibt
deren Schnittkanten aussehen
wie die schlichten goldenen Bilderrahmen der Bilder
die über ihnen an der Wand hängen?
Mit Motiven so alt und milde wie das Licht
so wissend und so unbeachtet provozierend
wie die Worte in den Büchern unter ihnen
deren Querverweisen zu folgen
niemand sich mehr die Mühe macht.
Aber Du könntest es tun.


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :