Georg Heym (1887-1912) : Les trains / Die Züge

Qui est Georg Heym ?


Des nuées de fumées, roses, comme au printemps,
Que pousse promptement le noir poumon des trains,
S’affaissent sur le fleuve immense qui emporte,
Large, des blocs de glace à coups bruyants et chocs.

Le vaste jour d’hiver sur la rase campagne
Brille au loin comme un feu, rouge et or cristallin,
Sur plaines et sur neige où sombre le ballon
Ignescent du soleil sur bois et crépuscule.

Les trains vont en tonnant sur le chemin de miles
Qui court par les forêts, tel la traîne du jour.
Leur fumée en montant ressemble à une flamme

Qui haut dans la clarté frappe au bec le vent d’est,
Lequel, emplumé d’or, comme un puissant griffon,
Fond à pic sur le soir, poitrine déployée.


Rauchwolken, rosa, wie ein Frühlingstag,
Die schnell der Züge schwarze Lunge stößt,
Ziehn auf dem Strom hinab, der riesig flößt
Eisschollen breit mit Stoß und lautem Schlag.

Der weite Wintertag der Niederung
Glänzt fern wie Feuer rot und Gold-Kristall
Auf Schnee und Ebenen, wo der Feuerball
Der Sonne sinkt auf Wald und Dämmerung.

Die Züge donnern auf dem Meilendamme,
Der in die Wälder rennt, des Tages Schweif.
Ihr Rauch steigt auf wie eine Feuerflamme,

Die hoch im Licht des Ostwinds Schnabel zaust,
Der, goldgefiedert, wie ein starker Greif,
Mit breiter Brust hinab gen Abend braust.

(in Umbra vitae [1912])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

%d blogueurs aiment cette page :