L’orage (inédit 1993-1994)


L’orage
astique ses cuivres
sur la peau de bique
d’un champ d’orge mûr
ses quarts et ses gamelles
ses bidons
bringuebalent de partout
qu’en fait-il quand il les a
fourbis ?
il aiguise ses éclairs
sur le fusil d’acier du paratonnerre
tout cela sent le meurtre
rituel du cochon
les chaudronnées d’entrailles
qu’on cuit
l’orage est un
tueur de bêtes

(© LEM 1993)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :