Martial (40-104 ap. J.-C.) : Pudeur et poésie

Qui est Martial ?

Tu rosis de pudeur toutes tes épigrammes,
Et « bite » dans tes vers n’est point mot qui se clame :
Je t’admire, bravo ! nul n’est plus saint que toi,
Quand chez moi, toute page a le stupre pour loi !
– Car je veux pour lecteurs jeune fripouille, fille
Facile et de ces vieux que leur amour houspille :
Tandis que, Cosconus, tes mots polis et saints,
Te donnent pour lecteurs oies blanches et poussins.


Omnia quod scribis castis epigrammata verbis
__inque tuis nulla est mentula carminibus,
admiror, laudo; nihil est te sanctius uno:
__at mea luxuria pagina nulla vacat.
Haec igitur nequam juvenes facilesque puellae,
__haec senior, sed quem torquet amica, legat:
at tua, Cosconi, venerandaque sanctaque verba
__a pueris debent virginibusque legi.

(in Epigrammaton liber III, 69)


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :