Giovanni Pontano (Joannis Pontanus) (1429-1503) : Pour Terina / Ad Terinam

Avec toi je voudrais, si je puis, Terina
– Chat ou pas dans la gorge, et goutte au nez ou pas –,
Avec toi réchauffer toutes nuits de frimas.

Ô nuits où j’atteindrai jusqu’au septième ciel !
Ô sommeils sans limite et titillés d’envies !
Moi que, ma Terina, sur ta couche attiédie,
Moi que réchaufferont tes brassées fraternelles,
Moi que, coquinement, de tes lèvres rosées
Tu suceras tandis… que tu seras baisée.
– Ô nuits où j’atteindrai jusqu’au septième ciel !

N’y va pas, Terina, d’un doigt qui soit féroce,
N’y va pas, Terina, d’une canine rosse.
Ah oui, faisons tomber au sol le couvre-lit,
Faisons danser au lit la danse de saint-guy !
N’y va pas Terina, d’aucune cruauté,
Ou alors voici l’art dont tu peux y aller
(Et procède avec moi suivant cette leçon) :

Souffre tantôt d’être vaincue, et tantôt non,
Prodigue tes baisers, puis refuse-les-moi.
Mêle aux larmes le rire, aux chichis les émois,
Et tempère d’amer le sucre de tes mots.

À terme, tu pourras, ô Terina, bientôt
Te livrer avec moi à des jeux apaisés,
Et ceignant le vieillard de tes tendres brassées
Lui donner des plaisirs un peu plus délicats,
Lui tenir des propos un tantinet grivois,
Modeler la débauche en moule plus fripon,
T’adonner à des jeux gentiment polissons,
Et consacrer la nuit à d’amoureux ébats
Jusqu’au point du sommeil tiré de tes yeux las.


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


Tecum, si liceat, velim, Terina,
(me tussis licet et premat gravedo)
tecum has frigidulas fovere noctes.

O noctes mihi ter quater beatas,
o somnos sine fine prurientes,
me cum sub tepido, Terina, lecto,
me cum sub teneris fovebis ulnis,
me cum roscidulis procax labellis
et suges simul osculaberisque.
O noctes mihi ter quater beatas.

Ne tu, ne digitis, Terina, saevi,
ne saevi aridulo, Terina, dente.
Ah quid pallia lectulo excidere?
Ah quid lectulus ipse subtremescit?
Ne saevi, rogo, ne, Terinna, saevi.
Sic, sic, o mea, saevias licebit,
hac mecum ratione litigato:

nunc vinci patiare, nunc repugna,
et nunc oscula porge, nunc negato.
Nunc risum lacrimis iocisque fletum
misce et dulcia verba tinge amaris.

Haec cum feceris, o Terina, mox te
ad lusus placidos resolve mecum,
complexa et teneris senem lacertis
ludas delicias venustiores,
dicas blanditias procaciores,
fingas nequitiam proterviorem,
et ludos, age, fac licentiores
et noctem quoque duc amantiorem,
dum lassis sopor instet ex ocellis.

(in Amores, 1513)


D'autres textes de Pontano sur ce blog :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :