Kathrin Bach (née en 1988) : printemps (en français dans le texte)

Qui est Kathrin Bach ?


comme nous aimons la mer
nous nous faisons des minivagues

je recueille tes cils
comme des dents de lait

spleen en standby / la lune idoine
question couleur, une paupière

04 heures 50 : le soir qui tombe

& là jardin d’hiver en tête
nous faisons ça printemps senti

crocus fichés en bouche
nous mâchons trois minutes


weil wir das meer lieben
machen wir uns wellen ins haar

ich sammle deine wimpern
wie milchzähne

die sehnsucht auf standby / der mond
farblich passend, ein augenlid

04:50 uhr: dämmerung

& dann wintergarten im kopf
wir machen so auf frühlingsgefühl

stecken uns krokusse in den mund
u. kauen 3 minuten


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Kathrin Bach (née en 1988) : bêtes d’orage / gewittertiere

Qui est Kathrin Bach ?


excluant à pleins muscles
& ligaments le monde
jusqu’aux éclairs
nous demeurons au sec assis

moi orvet
toi rongeur & pâtée sèche
l’attente sacs de sable en bordure d’Oder

enfin la pluie popcorn
sur vitre éclatement de maïs
déglutir point, je puis juste mâcher

l’après-midi TV clignant écran
pas de fleur à arroser
plus tard présentateur
& au jardin plantation de tomates


eskapismus in den muskeln
& sehnen
bis es blitzt
sitzen wir im trockenen

ich blindschleiche,
du nagetier & trockenfutter
das warten sandsäcke an der oder

der regen schließlich popcorn
auf glas platzender mais
schlucken nicht, bloß kauen kann ich

der nachmittag flimmerndes fernsehbild
keine blumen zu gießen
später nachrichtensprecher
& im garten tomatenpflanzen


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Kathrin Bach (née en 1988) : KOOG

Qui est Kathrin Bach ?


ces jours-ci tu n’arrêtes pas
comme il n’y a plus de rues
tu dois en faire une autre
sacs de sable devenus bêtes
phoques nombreux bien nourris
je me mets à essorer contre peau
tu trimes de jour de nuit l’eau coule
fouille les maisons cherche des nageurs
j’apprends dehors à me servir
de ma langue comme chauffe-liquide
pour qu’ait chaud le frai tu
dois derechef t’attaquer au sec


in diesen tagen setzt du nicht ab
es gibt keine straßen mehr
also musst du eine neue bauen
die sandsäcke sind tiere geworden
gut genährte seehunde zuhauf
ich fange an die haut zu wringen
du arbeitest tags nachts fließt wasser
durchsucht die häuser nach schwimmern
draußen lerne ich meine zunge
als tauchsieder zu benutzen
damit der laich es warm hat du
musst erneut mit dem trocknen beginnen


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Elke Erb (née en 1938) : Pause blanche / Weisse Pause

Qui est Elke Erb ?


Jetant un œil au petit arbre en fleurs,
je vis ses mille blancs silencieux et figés,

comme brillants sur le ciel,
figés, étranges, gardant silence,

puis, en haut dans la chambre
je me suis rappelé

comme dans mon enfance, à la campagne,
de la cuisine je regardais, figée,

par trop tomber, tomber
la neige. Une drogue un peu.

Une attirance. Qui dévore et qui dure.
Un regard immobile

de retour vers le peu familier.
Liberté comme étrangeté, millier,

car sans conteste tout était là figé,
pierres en tas, rond des pommes, orge aux rats.

Toutefois l’œil y gagnait
le maisonnier¹ de la maison…

¹ : Je traduis ainsi, par cet adjectif un peu désuet, hausig, qui semble être une création de l’auteur.


Als ich in das blühende Bäumchen sah,
stand sein Tausendweiß still und starrte,

als prange es vor dem Himmel,
starr und fremd hielt die Stille,

und nachher, oben im Zimmer,
habe ich mich erinnert,

wie ich selbst im Kindesalter
auf dem Land aus der Küche starrte

exzessiv in das Schneien
und Schneien. Ein wenig Droge.

Ein Reiz. Er zehrt und dauert.
Ein unverwandtes Schauen

zurück in das nicht Traute.
Freiheit gleich Fremde gleich Tausend,

denn da starrte ja alles,
Steinrücken, Apfelrund, Graslauf.

Jedoch gewann sich das Auge
das Hausige des Hauses …

(in Gänsesommer [1976])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Kathrin Bach (née en 1988) : vert / grün

Qui est Kathrin Bach ?


par millions des lapins verts et
leur poil empreint comme selle au dos du sol
la terre sellée de poil vert
contraints près à près à faire pré.
entre œil gauche et droit
s’étend verte la teinte qui teint
le blé grimpe au pavot
puis à la mâche des vaches
l’auge à mon visage est pleine de vert
et ce que je perçois clapote
ou gratte de soif.


millionen grüne Kaninchen und
ihre felle wie sattel auf den erdrücken gedrückt
den boden gesattelt mit grünem fell
eins ans andere gezwängt zu feld.
zwischen linkem und rechtem auge
liegt die farbe grün und färbt ab
den weizen hinauf den mohn
bald die klauen der kühe
der trog in meinem gesicht ist grün gefüllt
und was ich vernehme schwappt
oder scharrt durstig


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Johanna Wolff (1858-1953) : En bateau / Im Boot

Qui est Johanna Wolff ?


Parfums de trèfle et de girarde
doux et pressants vont par le sombre.
Ô comme j’aime ces parfums
et comme j’aime cette nuit !

Et posément ma rame glisse
parmi la vague où luit la lune.
Ô comme j’aime cette vague
et comme j’aime cet éclat !

Quand des bleu-sombre profondeurs
avec les souffles, les parfums,
oublis et pertes m’enténèbrent
de leur tendresse délicate
– quand mon esquif glisse sans bruit
parmi la nuit.


Klee und Nachtviolen duften
süß bedrängend durch das Dunkel.
O wie lieb ich diese Düfte
und wie lieb ich diese Nacht!

Und mein Ruder gleitet leise
durch die Wellen mondumflimmert.
O wie lieb ich diese Wellen
und wie lieb ich diesen Glanz!

Wenn aus dunkelblauen Tiefen
mit den Lüften, mit den Düften
ein Vergessen und Verlieren
mich umdämmert weich und sacht
und mein Nachen lautlos gleitet
durch die Nacht.

(in Wanderer wir. Ausgewählte Gedichte. [1939])


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

Kathrin Bach (née en 1988) : Pain / Brot

Qui est Kathrin Bach ?


par bouts jetés par les fenêtres
tentant des mouettes mes cheveux pour leur bec
vitrine et voilà derrière toi les bêtes
leur forme blanche le verre maint oiseau d’envergure
éparpillé sur la pelouse tournant son vol
vers du pain de Hollande émietté par ta main
si je fais de ta lèvre une croûte de pain la croûte
d’une fraîche tranche de pain bis elle mènera vers ma bouche
jusqu’au pain mou sans croûte mâché par une mouette


in stücken aus den fenstern geworfen
die möwen gelockt mein haar ihnen zum fraß
schaufenster und die tiere da hinter dir
ihre weiße fassung das glas mehrere schultern breit
vögel auf dem rasen verteilt richten ihren flug
nach holländischem brot von deiner hand zerbröckelt
mach ich deine lippe zu brotkruste zur kruste
einer frischen scheibe graubrot führ sie mir zum mund
bis das brot ohne kruste ist weich von einer möwe gekaut


Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle.  Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.


 

%d blogueurs aiment cette page :